Le Pic Epeiche

L ‘Oiseau frappeur. Une rafale de coups secs et rapides annonce la présence du pic épeiche dans les bois, avant qu’on ne le voit.

On entend souvent le « Tchak ! » du pic, ou la rafale de percussions qu’il déclenchent  cherchant sa nourriture ou encore la succession de coups destinés à attirer un partenaire et à baliser son territoire d’une empreinte sonore. Il suffit de lever la tête pour le voir s’envoler comme une flèche noire et blanche aux ondulations caractéristiques dans les arbres.

Les pics peuvent marteler violemment les arbres , sans éprouver le moindre mal de tête ou souffrir de quelque traumatisme que ce soit. En effet, leur cerveau est protégé par des os crâniens très épais , étroitement soudés entre eux et capables d’absorber les vibrations provoquées par quinze impacts à la seconde. Le pic possède aussi un amortisseur naturel, souple, entre le bec et le crâne. En guise de protection supplémentaire pour le cerveau, le pic épeiche possède des muscles spéciaux, qui soutiennent le crâne à chaque coup porté.

Avec son plumage noir et blanc aux éclats écarlates, le pic épeiche est un oiseau aussi beau qu’étonnant. Les empiècements blancs de ses épaules et les éclairs écarlates qui apparaissent sous sa queue sont deux signes bien distinctifs. Le mâle arbore aussi une tâche rouge sur la nuque, alors que l’arrière du cou de la femelle est sombre.

Comme celui des autres pic, son long bec tacheté travaille en puissance, à la manière de ciseaux bien aiguisés. Le pic épeiche martèle inlassablement l’écorce et le bois pour découvrir sa nourriture, creuser son nid et produire un son personnel qui marque son territoire.

Pour l’aider à grimper aux arbres et à frapper, les plumes de la queue du pic épeiche ont des barbules épaisses qui la rigidifient pour former une assise stable et le caler contre l’arbre.

Quand le pic épeiche déploie ses ailes en vol, toutes les marques blanches de ses plumes s’alignent sur de magnifiques arcs de cercles successifs.

Comme il dépense beaucoup d’énergie pour escalader les troncs et y percer des trous, le pic épeiche est un gros mangeur, perpétuellement affamé. Quand il cherche sa nourriture, le pic épeiche se pose sur un tronc d’arbre où il s’immobilise çà et là pour pouvoir écouter les insectes sous l’écorce. Il utilise son bec puissant comme un pied -de-biche pour décoller l’écorce. Il cisaille également les branches pour découvrir les tunnels abritant des larves de coléoptères  et utilise enfin sa longue langue pour attraper les larves au fond des tous.

Le pic épeiche se transforme en marteau et en pince lorsqu’il perfore le bois. Sa tête frappe le tronc comme une perceuse à percussion, 15 ou 16 fois par seconde. Beaucoup de copeaux sont éjectés quand le pic épeiche est en action. Pour éviter que les fines particules de bois ne pénètrent dans ses poumons, ses narines sont très étroites et protégées par de fines plumes qui les recouvrent.

Dans un arbre creux, le pic épeiche gratte le bois de ses pattes  pour faire sa cour, puis il creuse un nid où il élève ses petits. Dès mars ou avril, le mâle parade en frappant sur une branche creuse, envoyant ainsi un message à longue distance pour attirer la femelle. Quand il a trouvé sa femelle, il continue de frapper de plus belle pour définir les limites du territoire. C’est le seul oiseau qui enrichit son message sonore grâce à des moyens artificiels. Après cela, se déroule la parade nuptiale très énergique du pic épeiche, qui comprend une course aérienne à travers la cime des arbres, suivie d’un parcours spiralé autour des troncs.

Il faut deux à trois semaines aux pics épeiches pour construire leur nid, une fois qu’ils sont accouplés. Souvent, ils percent dans un tronc d’arbre creux un trou d’une entrée de 6 cm de diamètre environ , a au moins trois mètres du sol. A l’intérieur de la cavité, les couple aménage une chambre qui fait habituellement 25 à 30 cm de profondeur.

De la mi-mai au début du mois de juin, 5 à 7 œufs ovales, blancs crémeux sont pondus dans les copeaux. Les parents se partagent l’incubation pendant les 16 à 17 jours suivants. Les petits sont nus, aveugles et très bruyants quand ils éclosent. Le pic épeiche mâle quitte le nid après avoir nourri ses petits. Pour garder le nid propre, il porte dans son bec des copeaux destinés à recouvrir les déjections. Les nouveaux-nés grandissent rapidement grâce à un régime nourrissant de larves récoltes par leur parents.

Post navigation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *